Le blog des aliments fermentés

Ail fermenté au miel


Voici une méthode très facile pour les amateurs d’ail et/ou de miel. Elle consiste à immerger des gousses d’ail dans du miel de nectar, et de laisser fermenter le tout un ou deux mois, ou même un an ou  plus. 

Le miel fait sortir le jus de l’ail. Il se dilue par la même occasion et fermente. Le résultat est un ail comme confit et un miel très parfumé.

On m’a déjà posé la question et j’y réponds : il n’y a évidemment pas de risque de botulisme avec cette préparation, puisque le miel (de nectar) a un PH acide. Le miel a été utilisé de tous temps pour conserver la nourriture.

Comment ça se mange ?

Certains le mangent à la cuillère, mais leur vie privée ne regarde qu’eux.

Vous utiliserez l’ail comme n’importe quel autre ail dans votre cuisine. Plats cuisinés, sauces, vinaigrettes, on entre dans une nouvelle dimension du goût.

Quant au miel, il pourra laquer des viandes rôties ou grillées, réchauffer des sauces, sublimer des légumes au four ou en cocotte, et donner de la rondeur à n’importe quoi de trop acide…

Des effets désirables

Outre le fait que c’est très bon à manger, cela vous aidera à soulager les maux de l’hiver. On connaissait les propriétés du miel comme antiseptique contre les angines, les maux de gorge et la toux, mais là, les propriétés antiseptiques sont multipliées de façon exponentielle par celles de l’ail et de sa fermentation. C’est donc à cette occasion que ce miel peut se manger à la cuillère quand on a très mal à la gorge, ou bien encore se boire dilué dans une tisane ou une tasse d’eau chaude.

Comment faire

Il vous faut :

  • De l’ail, nouveau de préférence, c’est à dire sans germe (parce que c’est meilleur)
  • Du miel de nectar (c’est à dire de fleur— n’importe laquelle ou lesquelles) liquide (de préférence) acheté chez un apiculteur

Attention ; ne jamais acheter de miel en grand surface, il y a 40 % de chances que ce ne soit pas du vrai miel*. Et surtout ne jamais acheter du miel « premier prix », là, c’est rarement du vrai miel.

N’utilisez pas de miel de miellat dont le PH est trop élevé. Le miel de miellat est du miel d’arbre : sapin, chêne, forêt, etc…

Il faut un miel déjà liquide ou semi-liquide, ne pas le liquéfier en le chauffant. N’importe quel « parfum » de miel convient, prenez celui que vous aimez, pourvu que ce soit du miel de nectar. Si votre miel est trop solide, grattez-le avec une cuillère pour qu’il redevienne mou.

  1. Choisissez un bocal adapté à la quantité d’ail que vous avez. A titre d’exemple, pour 1 belle tête d’ail rose, il faut un pot de 200 ml. Dans un pot d’1 litre, vous mettrez environ 5-6 têtes selon grosseur.
  2. Pelez les gousses d’ail. Remplissez le bocal avec le plus possible de gousses, en les intercalant les unes dans les autres. Attention de ne pas trop remplir jusqu’au bord car ça va augmenter de volume en fermentant et ça peut déborder.
  3. Remplissez avec le miel jusqu’à recouvrir les gousses.
  4. Fermez le bocal hermétiquement avec le caoutchouc en place. Laissez à température ambiante et attendez au minimum 1 mois sans jamais ouvrir.

Voilà ce qui se passe. Photo du bocal après quelques jours : des bulles apparaissent, le miel semble même mousser et l’ail est remonté. Les gousses du haut ne sont plus immergées. C’est normal. N’ouvrez pas le bocal pour ça ! Les merveilleux micro-organismes commencent à travailler dans cette lumière dorée. Ne les dérangez pas ! Placez sur une assiette pour le cas où ça déborderait.

Voici l’ail après exactement 2 mois de fermentation. On constate que : les bulles ont disparu. La couleur a bruni. Et les gousses ont diminué de volume. Tout cela est normal.

 

Voici la texture de l’ail après 1 an de fermentation dans le miel. Translucide, doré, on dirait des bonbons !

 

* Une étude de la DGCCRF de 2015 montre que 43 % du miel vendu en France est non conforme (adultération, fraude sur l’origine, sur l’âge, sur la composition, etc.) https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/qualite-des-miels

 

close

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour être averti chaque fois qu'un nouvel article sera publié sur Ni cru ni cuit

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



290 commentaires sur “Ail fermenté au miel”

  • Bonjour et merci pour cette recette! J’ai essayé mais l’ail remonte et sort à la surface du miel… Est ce que c’est embêtant? Mon pot était peut-être trop grand…

    • Je me permets de faire part de mes expériences perso: comme pour les légumes, je place au-dessus des gousses une rondelle en plastique (découpe d’un couvercle quelconque) et je rajoute un bouchon propre ou un autre objet ‘neutre’ qui empêche les gousses (ou les légumes) de flotter à la surface… problème résolu. Et après la fin de la fermentation les gousses ne remontent plus, donc une fois ouvert j’enlève la rondelle plastique et la cale.

  • Bonjour,

    Merci pour toutes ces belles recettes…!
    J’ai utilisé du miel de chataigner, est ce que cela ira aussi ?

    Merci beaucoup !

    Arnaud

    • Oui c’est un miel de nectar ! (je l’avais catalogué par erreur dans les miels d’arbre mais c’est bien la fleurs du châtaignier que les abeilles butinent).

      • Merci, je pensais aussi que c’était un miel de mielat.
        Par contre, j’ai changé de pot 24h ensuite, j’ai transposé dans un vrai petit pot leparfait, sinon ca allait exploser. j’ai rajouté un peu de miel et deux gousse d’ail.
        Ca va le faire..?
        Encore merci en tous les cas, rencontrer votre univers à changer ma vie culinaire depuis quelques années !!

    • Bonjour, je viens d’entamer mon pot qui a 1 an, je l’avais fait avec du châtaigner. Délicieux mais le goût du châtaigner (qui est déjà pas le plus doux qui soit) est devenu très fort. C’est délicieux hein, mais cette année je changerai de miel.
      Voilà mon retour 😊

  • Chère Marie-Claire,
    Tout d’abord, merci infiniment de m’avoir fait découvrir le pain au levain naturel (que je fais maintenant depuis plus de 2 ans) ainsi que la fermentation.
    J’ai fait l’année dernière un bocal d’ail au miel, et c’est délicieux et souverain en hiver.
    Comme j’adore les châtaignes, j’ai fait en octobre 2021 (en suivant le même principe d’ail au miel) un bocal de châtaignes cuites que j’ai rempli de miel liquide de fleurs sauvages. Je ne l’ai toujours pas ouvert. Il a l’air absolument parfait, mais je vous avoue avoir peur, car c’est un peu de l’improvisation.
    Combien de temps après l’avoir fait puis-je consommer ces châtaignes et n’y-a-t-il aucun risque ?
    Je vous remercie beaucoup et vous souhaite une excellent journée !

    • Il n’y a pas de risques, c’est comme une confiture ou des fruits confits. (Ça doit être pas mal les châtaignes confites au miel 😋)

      Si vous voulez apprendre tous les secrets de la technique, pour ne plus jamais rater, ce sera bientôt possible avec mes ateliers en ligne. Mais pour qu’ils puissent se réaliser, nous avons besoin d’aide. Il y a un financement participatif où vous pouvez acheter d’avance des ateliers. C’est là :
      https://fr.ulule.com/fermentation_distanciel/
      Merci beaucoup !

      • Merci beaucoup pour votre réponse et pour votre générosité !
        Pour vous soutenir (et en quelque sorte vous remercier), j’ai acheté votre livre « Ni cru ni cuit » que je suis en train de lire, et en fait, c’est aussi un cadeau pour le lecteur…
        Vos ateliers en ligne sont une excellente idée et je vais regarder tout cela sur le lien. J’ai vu que vous aviez aussi un restaurant avec une cagnotte, et je vous souhaite (ainsi qu’à vos équipes) plein de courage. C’est une période très éprouvante.
        Je viens tout juste d’ajouter un peu de vinaigre dans mon bocal d’ail au miel, car il me semble l’avoir fait avec du miel de châtaignier. J’ai donc eu un petit coup de chaud en m’informant sur les différents ph…
        Merci encore une fois pour tout.
        Je vous souhaite le meilleur dans tous vos projets.

        • Merci beaucoup !
          Malheureusement la cagnotte n’a pas suffi à sauver le restaurant, qui, quelques semaine après qu’elle fut mise en place (et nous avions beaucoup d’espoir), a été victime du pass sanitaire et du télétravail obligatoire. Le restaurant a définitivement fermé le 1 er janvier.

          • Je suis vraiment désolée pour votre restaurant. J’espère que vos ateliers vous apporteront réconfort et joie.
            Merci encore pour votre générosité qui me va droit au coeur. Je pense très souvent à vous devant mes bocaux de fermentation et en faisant mon pain, et je pense ne pas être la seule ! Très bonne journée à vous, chère Marie-Claire.

  • Une amie m’a parlé de cette recette et m’en a dit que du bien, j’ai donc voulu essayé. Bon je ne suis pas très fan de l’ail, mais apparemment le mélange est intéressant. J’ai hâte de voir ce que ça va donner. En tout cas juste un commentaire pour vous remercier de la recette, elle m’a beaucoup aider.

    • Pour information, j’ai testé la formule et c’est très satisfaisant. L’ail garde un goût interne non sucré qui contraste avec le miel, et celui-ci est effectivement dilué par le jus des gousses, et donc utilisable en cuisine au gré de nos envies et imagination.

    • Le mieux est de vous inscrire à la newsletter, regardez dans la marge de droite du blog. Sinon vous recevrez seulement les réponses à votre commentaire.

      • J’aimerais savoir comment va se conserver le miel après avoir enlever le ail? Est ce qu’on pourra le conserver régulièrement ou bien on doit le consommer immédiatement ? Ou encore le conserver au frais ??
        Déjà merci pour ces astuces qui nous aideront surtout nous qui avons une alimentation complexe. 🙏

  • Bonjour Marie-Claire,
    J’avais testé cette fermentation en 2020, avant que vous ne fassiez la mise à jour pour préciser que le miel de miellat n’était pas approprié.
    Or, je l’avais justement fait avec du miel de miellat.
    A l’œil et au nez, ça a l’air de ne poser aucun souci.
    Pensez-vous que si j’utilise le miel et l’ail dans un plat mijoté comme une tajine, en cuisant assez longtemps à bonne température, on élimine les risques ?
    J’ai lu que les toxines de botulisme disparaissent après 30 min de cuisson à 80°C et les spores après 30 min à 120°C.
    Y a-t-il d’autres risques que le botulisme ?

    Merci

    • Il y a quand même peu de risques que ce soit devenu toxique car le miel a également des propriétés antiseptiques (autres que la simple acidité) quand une faible quantité d’eau lui est ajoutée.
      Par précaution j’indique qu’il vaut mieux utiliser le miel de miellat.
      Faites comme vous le sentez, c’est sûr qu’à la cuisson, les problèmes seront éliminés.

  • Bonjour et merci pour votre site qui me donne plein d’envies de facto-fermentation.
    Je suis débutante, comment calculer le PH du miel? j’ai acheté un miel bio d’acacia qui me semble très sucré, avant de tester votre recette, j’aimerai tester le PH.
    merci pour votre réponse

    • Ce n’est pas parce que c’est sucré que ce n’est pas acide, ça n’a rien à voir. Tous les miels ont une saveur sucrée qui fait qu’on ne sent pas l’acidité. Mais il n’empêche qu’ils sont acides.
      Voici un lien où il est expliqué comment mesurer le PH du miel (descendez dans la page) : mesurer le PH du miel

  • Bonjour, j’ai parfaitement réussi l’ail fermenté au miel, mais pour varier les plaisirs j’aurais aimé en avoir avec de l’huile d’olive. Et je viens de voir dans votre sujet « caviar d’aubergines » qu’après la fermentation à la saumure, vous proposez de la couvrir d’huile et de la conserver ainsi. Merci de me confirmer si c’est applicable à l’ail?
    Pour l’ail j’ai fait des gousses entières, et je me demande si on peut les écraser, il semble que cela libère mieux l’allicine et ses propriétés bienfaisantes. Merci de votre avis.

      • Merci infiniment, je tente et vous tiendrai au courant. Au passage je confirme que mon ail fermenté « classique » (saumure) que j’ai fait par ailleurs est toujours propre à le consommation après bientôt deux ans de conservation dans son bocal d’origine, sur la paillasse de ma cuisine. Il n’en reste plus beaucoup, évidemment… 😉

  • Bonjour Marie-Claire, merci pour cette merveilleuse recette. J’ai déjà réalisé beaucoup de légumes fermentés selon vos conseils, donc j’ai hâte de voir le résultat. Je vous pose une question car je n’ai pas pu trouver la réponse ailleurs:

    Cela fait 1 mois que j’ai mis mes gousses d’ail dans du miel de fleurs de qualité, jusque là tout va bien. Avec les bulles d’air, l’ail remonte et est exposé à l’oxygène. Quelques gousses se mettent à avoir des taches, et j’ai l’impression qu’il y a quelques poils comme du moisi. Tout a été bien stérilisé au préalable, donc je me demande si c’est une réaction normale. Est-ce que tout est fichu, ou il suffit d’enlever les gousses atteintes?

    Merci encore pour le temps que vous prenez à répondre à toutes les questions.

    Marie

    • « Tout a été bien stérilisé au départ »…? c’est à dire ?

      D’autre part, l’ail n’est pas exposé à l’oxygène, il n’y a plus d’oxygène dans le pot s’il y a eu des bulles (ce que vous dites) et s’il ferme bien. les bulles ne sont pas de l’air, mais du CO2.
      Moi je laisserais, sans ouvrir et en remuant le pot de temps en temps pour que les gousses soient de nouveau immergées et que la surface ne soit pas tout le temps immobile.

  • Pour l’ail fermenté au miel, vous dites de ne pas liquéfier le miel en le chauffant.
    Mais mon miel est acheter directement de l’apiculteur et il est brut donc très ferme.
    Je sais que si je le chauffe trop, il perd ses bonnes propriétés.
    Si je le met dans ma yaourtière pour le liquéfier, est-ce que c’est correct?

    Merci!

      • A la récolte oui, mais il finit toujours par durcir au fil du temps. On peut donc très bien acheter un miel solide à un apiculteur.

    • J’aimerais aussi savoir si c’est possible d’appliquer la lacto-fermentation dans d’autres conditionnement hors mis de la matière cassable (bocaux en verres ). Je veux parler ici de la matière plastique comme des bouteilles en plastique, des boîtes en plastique, tout en respectant le scellage ?

      Merci d’avance 🙏🙏

      • Si le plastique ne vous pose pas de problème, il existe effectivement des fûts de fermentation en plastique alimentaire, munis d’une fermeture hermétique.

        Il faut quand même savoir que le plastique, outre le fait qu’il envahit tout notre environnement, échange des composants avec les aliments qui sont en contact avec lui. Surtout en contact de longue durée, et encore plus avec l’acidité. Or, les aliments fermentés sont acides. Vous allez donc manger du plastique en même temps que vos légumes.

  • Bonjour et merci pour votre site riche d’informations et de conseils !! J’ai mis a fermenter dans du miel (pH moins de 4), ainsi que du gingembre frais local. Après 3 mois, j’ai mesuré le pH dans de l’eau déminéralisée (pH de 6). Dans le cas du pot d’ail comme dans celui du pot de gingembre, le miel dilué était de 5. Vous suggérez d’ajouter du jus de citron dans le miel. Dans quelle proportion devrais-je ajouter le jus de citron ? Et aussi, dans combien de temps de pourrai déguster ? Merci !!!

      • Bonjour ! Vous précisez que le pH du miel doit être égal ou moins que 4.5. C’était le cas au départ mais après fermentation, le pH du miel de mes pots, dilué dans l’eau déminéralisé, est à 5. Le 12 novembre 2020, vous écriviez qu’un pH de 5,5 c’était limite et vous suggériez d’ajouter du jus de citron ou du vinaigre. Et le 8 juin 2021, vous écriviez de ne pas consommer si le miel était a 6. Donc, je préfèrerais ne pas prendre de chance… D’où mes questions sur les proportions et la durée d’attente avant de consommer. Merci grandement de votre soutien et une belle journée, du Québec un peu frais …

        • Ah oui ok, je l’ai retrouvé, c’était en réponse à une dame. Ce qui est bizarre dans votre cas, c’est le changement de PH dans le sens de la hausse, alors que la fermentation devrait le faire baisser. La mesure à la bandelette n’est pas extrêmement fiable. Vous dites que l’eau déminéralisée avait un PH de 6 ? Encore une chose bizarre, ça devrait être 7.
          Si vous voulez ajouter du l’acide citrique ou du vinaigre, faites-le jusqu’à ce que le PH soit entre 3,5 et 4,5.
          Quand à la durée d’attente, elle est juste une question de goût.

          • Merci beaucoup ! L’an passé, tout avait bien été mais cette année…
            Encore une fois, merci de vos conseils !

  • Bonjour et merci pour votre site si riche en informations et conseils ! J’ai mis à fermenter de l’ail dans du miel de fleurs (pH moins de 4), et dans un autre pot du gingembre frais. Après 3 mois, j’ai mesuré avec des bandelettes le pH (miel dilué dans de l’eau déminéralisée, qui avait un pH de 6). Dans le cas de l’ail comme dans celui du gingembre, le pH du miel dilué était de 5. Vous suggérez d’ajouter du jus de citron. D’une part, quelle proportion de jus de citron ajouter ? Et, dans combien de temps de pourrais déguster ..? Merci !!!

  • Bonjour,
    J’ai offert à Noël un bocal d’ail fermenté au miel à mon frère en lui précisant « pas touche » pendant un mois, mais tête et l’air et gourmand qu’il est, il a ouvert alors que le pot n’avait qu’une semaine. Il a pris une gousse et refermé et maintenant me demande si il y a risque de développer une toxine botulique à cause de cette ouverture précoce. J’ai bien lu qu’il ne fallait pas l’ouvrir dans votre texte, mais y a t il un risque? Doit il le consommer rapidement ou bien le laisser dans un coin pendant au moins un mois? Merci de votre réponse et j’en profite pour vous souhaiter une belle année 2022!

    • Il n’y a jamais de risque de toxine botulique avec un légume fermenté, qu’il ait été ouvert ou non, s’il a fermenté il est acidifié et tout va bien. Le risque c’est les moisissures de surface.
      Le mieux est de le laisser continuer sa fermentation, bien fermé.

  • Bonjour,

    J’ai fait l’acquisition de votre livre « bocaux et fermentation » et dans certaines recettes il y a le sucre pour ingrédient.
    Quel est le rôle du sucre dans la lacto-fermentation?

    D’avance merci

    JL

  • Bonjour Marie Claire,
    J’apprécie beaucoup cette fermentation … c’est vraiment délicieux!
    J’ai la chance de pouvoir acheter du miel de grande qualité directement chez l’apiculteur et cela me donne envie de tenter d’autres expériences.
    A votre avis, c’est faisable avec toutes sortes de légumes, ou bien certains sont vraiment à éviter?
    Grand merci d’avance, Marie Claire!

  • bonjour Marie-Claire,
    une fois le pot ouvert – je pose la question puisque différent des suris de légumes –, je vous laisse préciser si on le conserve au réfrigérateur ou à température ambiante.
    belle matinée.

  • Bonjour, j’ai fais cette préparation, cet été en lisant une des multiples recettes que j’ai trouvé sur internet.
    J’ai un doute quant au résultat car je ne suis plus très sur que ce soit un miel de fleurs: en effet j’ai lu et relus cette histoire de ph avant de bien la comprendre et le miel que j’ai acheté, venant de chez un apiculteur local (mais acheté en supermarché …) était estampillé « miel de fleurs » mais très foncé et avec un fort gout de miel de foret …

    Sur votre recette vous marquez de ne pas ouvrir le bocal avant un mois alors que sur d’autres sites ils disent d’ouvrir tous les 7 jours ou autres versions …

    Bref, j’aurais besoin que l’on me donne une réponse suffisamment claire, car je n’arrive vraiment pas à vérifier ce ph (matériel pas adapté, etc.) et cela m’éviterais de balancer tout ce que j’ai fais cet été.

    A noter, je ne suis as un pro des conserves et je me suis un peu lancé rapidement car au début, c’était surtout pour les vertus défensives en période hivernale qui m’interessait!

    Cordialement

    Eddy GIROUX

    • Si le miel était étiqueté miel de fleurs, faisons confiance à l’apiculteur et pensons qu’il est honnête : si ce n’est pas vrai, il est en infraction et c’est une fraude punie par la loi. Normalement son nom et son adresse figurent sur l’emballage et vous pouvez très bien le contacter.

      Effectivement j’indique de ne pas ouvrir, sauf si on veut manger le contenu du bocal. D’ailleurs je ne comprends pas pourquoi les autres disent d’ouvrir. C’est sensé servir à quoi, sinon à risquer éventuellement de contaminer le contenu ?

  • Bonjour Marie Claire, une petite question ! Après le grand succès de l’ail confit au miel. Je suis en train de peler des échalotes. est-ce que je peux procéder de la même façon avec les échalotes au miel comme pour l’ail. Merci infiniment pour votre réponse si vous n’êtes pas trop occupée avec votre restaurant.

  • Bonjour j’ai un pot de miel qui commence à fermenter (0,5 cm de transformation
    à la surface du pot) puis -je l’utiliser pour cette recette? Merci de vos retours.

  • Bonjour Marie Claire !

    Je découvre cette recette absolument merveilleuse et qui devrait devenir essentielle dans tous les foyers pour ses qualités tant thérapeutiques que gustatives… hummm !
    Donc comme je suis en train de confectionner mes premières conserves, il m’est venu une idée et j’aimerais bien sûr beaucoup avoir votre avis car vous ou quelqu’un l’avez peut être déjà tentée…
    L’idée donc serait d’ajouter des morceaux de gingembre et/ou curcuma frais (pas en poudre) au milieu des gousses d’ail pour avoir la synergie des trois ou seulement ail/gingembre ou ail/curcuma. peut être tester dans un petit pot à part… Ou bien ces mêmes racines sans gousses d’ail aussi…

    Merci infiniment pour vos fabuleuses recettes et votre réponse qui viendra sûrement m’éclairer 😉

    Prenez soin de vous !

      • Bonjour,

        Quelqu’un en avait parlé il y a un moment et j’ai fait un petit pot pour essayer: gousses d’ail épluchées, gingembre épluché en morceaux et miel. C’est super bon! L’hiver dernier, je mangeais une gousse d’ail, un bout de gingembre et un peu de miel ensemble quand j’étais enrouée. Je comptais en garder pour l’utiliser en cuisine, mais c’est tellement bon qu’il n’en est rien resté.
        Du coup, j’ai préparé plus d’un kg pour l’hiver prochain. Là, j’espère arriver à tester ça en cuisine en laquant quelque chose avec ce miel. En tout cas, c’est un plaisir de se prémunir du rhume avec ce mélange!

        Michelle

        • Bonjour,
          Quelle délicieuse nouvelle spécialité de la médecine :
          « Se soigner par gourmandise ».
          Pourvu que les posologies ne soient pas trop restrictives et les remèdes sans effet secondaire sur le tour de taille !
          Bon dimanche
          Jean-Michel

  • Bonjour,
    J’aimerai savoir si il était possible de fermenter autre chose avec du miel, comme d’autre légume tel la carotte ou même des fruits ? Et même si ça ne fermente pas, est-ce que l’immersion dans le miel permet de prolonger leur conservation ?

    • En théorie, tout se conserve avec du miel. Voir une de mes réponses à un commentaire précédent, 4 ou 5 commentaires avant celui-ci.

  • Bonsoir,

    J’ai suivi votre recette d’air fermenté. L’ail est bien monté, mais le miel s’est séparé. Cela fait maintenant plus d’un mois et j’ai un liquide dans lequel flotte les gousses et au fond du bocal le reste du miel qui semble plus solide. Est ce que je devrais essayer de secouer le bocal? J’ai utilisé du miel local et bio toutes fleurs… est ce que cela pourrait indiquer que sa production est déjà trop industrialisée? qu’en pensez vous?
    merci pour toutes ces belles recettes!
    bonne journée

      • J’ai le même problème. Le miel se cristallise et devient solide. Quand vous dites qu’il va se « liquéfier avec le temps », il faudrait donc le laisser fermenter plus d’un mois à température ambiante? Car je fermente en général un mois et pas vu le miel se liquéfier. Et après vous le conservez au frigo? Quand ce n’est pas à l’étape de la fermentation, c’est a cette étape ci qu’il finit par se solidifier. C’est pourtant un miel directement pris de chez l’apiculteur que j’utilise. Il se peut par contre qu’il ne soit pas frais de la saison mais de la précédente. L’âge du miel peut avoir un impacte important? Merci beaucoup!

        • L’ail au miel ne se conserve pas au frigo, c’est inutile.
          Si le miel est cristallisé au départ, ce qui est le cas quand il n’est pas tout frais récolté, il va se liquéfier en quelques jours ou quelques semaines. il commence en général par se liquéfier en surface et le fond reste solide un peu plus longtemps, mais ce n’est absolument pas un problème !
          Vous devez aussi comprendre qu’il n’y a pas d’arrêt de la fermentation, que ce soit au frigo ou a température ambiante, ça continue. C’est juste ralenti au frigo, mais pas stoppé. Et plus vous attendrez, meilleur ce sera.

  • Chère Marie-Claire,

    Je viens de faire un bocal d’un litre d’ail nouveau.
    500g d’ail. J’ai suivi votre recette 150 ml d’eau et 5 gr de sel.
    La saumure ne recouvrant pas du tout l’ail ( a peine un tiers ) j’ai ajouté de l’eau jusqu’à recouvrir l’Ail mais je n’ai pas ajouté de sel.
    Est-ce un problème ?
    Merci pour toutes ces magnifiques recettes.
    Florence

    • Si, comme je le suppose, vous avez rajouté peu d’eau ce n’est pas grave.
      Il vaut toujours mieux préparer un peu plus de saumure pour pouvoir en rajouter.

      • Chère Marie-Claire,

        Je vous remercie pour votre réponse rapide.
        Voici ce que j’ai fait :
        Au bout de quelques heures ( environ 5h) j’ai ouvert le pot, j’ai mesuré l’eau du pot : j’avais ajouté 150 ml à la dose de votre recette , donc j’ai ajouté 5 gr de sel.
        J’ai retassé l’ail, remis l’eau et j’ai refermé le pot.
        Est-ce que c’est grave ? Aujourd’hui, ça bulle à fond !
        Merci encore, j’ai essayé un maximum de vos recettes, quel bonheur la fermentation.
        Si votre restaurant est ouvert, nous venons samedi prochain.😎
        Très bonne soirée à vous,
        Florence

  • j’adore votre site, merci ! Je suis en Géorgie et je commence à m’amuser avec des recettes locales… Une question pour celle-ci: on m’ a donné 4 litres de miel, mais dur de savoir de quoi exactement… J’ai des bandelettes pour le PH, mais elles ne changent pas de couleur quand je les plonge dans le miel, même s’il est plutôt liquide , on dirait que ça ne fonctionne pas… C’est du miel complètement bio, liquide. Est ce que je cours vraiment un risque à votre avis ? Merci encore !

      • Bonjour Marie-Claire,

        «  C’est dans les détails que le pot raté se trouve  » Nietzche

        Vous préconisez dans l’article d’utiliser un miel de nectar ( de fleurs ) plutôt qu’un miel de miellat ( d’arbres )

        Dans la publication que vous proposez ci dessus, page 2, expliquant comment analyser certaines qualités d’un miel :

        « Les miels d’une conductivité inférieure à 0.5mS/cm sont des miels floraux, ceux d’une conductivité supérieure à 0.8mS/cm sont d’origine forestière.  » p.2

        Nous avons donc :
        nectar → fleurs
        miellat → arbres

        0.8 → arbres

        Ce que nous pouvons conclure par :
        nectar → fleurs → 0.8

        Or un peu plus loin, au point 12 page 3, il est dit le contraire.
        Au vu des infos glanées ailleurs sur le net, ces «  interprétations de résultats  », sont erronées

        Ceci dit, un grand merci à vous, c’est grâce à ce site que même un novice peu accomplir de belles et bonnes choses ! o/*

  • Bonjour Marie-Claire,
    Vous évoquez l’ail qui remonte au bout de quelques jours, et nous avons déjà échangé à ce sujet il y a quelques semaines 😉
    J’ai préparé un pot avec de l’ail nouveau et ai complété, car « peu » de gousses par rapport au bocal tout compte fait, avec 1 oignon frais coupé en deux. La partie arrondie de l’oignon est remontée quelques minutes après avoir versé le miel, il a donc été enrobé brièvement. Je veux bien votre partage à ce sujet.
    Aussi, pour la fermentation au miel, quels végétaux s’y prêtent, lesquels ne sont pas « recommandés » (par exemple, peut-être, des légumes aqueux, ou des herbes séchées, etc.) ? Je vous laisse me dire.
    Beau début de matinée.

    • Oui c’est normal que ça remonte, regardez ma photo.
      Techniquement on peut tout conserver dans le miel. c’est dans un cercueil rempli de miel qu’on a ramené le corps d’Alexandre le Grand de Babylone à Alexandrie… et il faisait chaud… 😉 si vous voyez ce que je veux dire…

  • Bonjour Marie Claire, j’ai réalisé votre recette en prenant du miel de tilleul et miel de colza que j’ai mélangé ensemble. J’ai voulu tester et j’ai ajouté dans mon bocal de l’ail rose, du gingembre, des feuilles de sauge fraîches, des branches de thym fraîches . Pensez-vous que ce mélange puisse être bon à la dégustation ? Je pense qu’il va être bourré de délicieuses vertus en tout cas ! Merci pour votre aide si précieuse . Belle journée à vous .

  • Bonjour Marie Claire, ce matin j’ai préparé plusieurs bocaux avec du miel de tilleul et colza.
    J’y ai ajouté de l’ai rose, du gingembre, des feuilles de sauge fraîches, des branches de thym frais.. Pensez-vous que ce soit une bonne association ? Merci

  • Bonjour Marie Claire, si je mets des feuilles de menthe avec le gingembre, ça pourrait bien aller ensemble à votre avis ?
    Est-ce que je peux mettre des feuilles d’artemisia annua avant floraison de la plante dans le miel ?
    Merci 🙂

  • Bonjour Marie-Claire,

    Je veux bien savoir pourquoi cette fermentation n’est pas mise à température plus fraîche au bout d’une semaine, comme les suris en saumure ou fermentés « à sec ». Je vous laisse dire aussi s’il y a d’autres fermentations au miel que vous aimez et que vous préparez.
    De plus j’ai préparé le pot dont je vous ai parlé il y a quelques semaines avec un mélange de miel de forêt et de miel toutes fleurs, ayant lu ici que cela se prépare avec un miel liquide ou semi-liquide ; c’est en relisant ce matin que je vois votre définition du miellat. Je veux bien savoir quel est le pH du miel de miellat, et s’il vaudrait mieux tester au papier pH à l’ouverture du pot.
    Beau début de matinée.

    • Aucune fermentation n’a besoin d’être mise à une température fraîche au bout d’une semaine. Ce sont sûrement des anxieux qui racontent qu’on doit faire cela de manière obligatoire. La fermentation a existé dix mille ans avant les frigos, ne l’oublions pas.

      Le miel de nectar a un PH entre 3,3 et 4,6. Celui de miellat a un PH de 4,2 à 5,5

      Le PH sécuritaire est inférieur ou égal à 4,7.

      • Bonjour Marie-Claire,

        Merci pour votre réponse.
        C’est de vous que je vient cette information concernant le frais, pour une fermentation plus « douce », dans divers billets, notamment « Comment fermenter les légumes entiers ou en morceaux » et celui qui explique justement l’impact de la température sur les lactofermentations, avec lesquels j’ai débuté l’exploration des suris.
        Pour le miel et l’ail, je veux bien une indication : ce pot peut-il consommé, serait-il bon de vérifier avec un papier pH, une autre indication que le pot ne serait pas « sécuritaire » (sur quels points d’ailleurs) ? Je vous laisse me dire.
        Beau début de matinée.

        • Ah oui, je répondais du point de vue sécurité alimentaire et conservation. Il est vrai qu’on peut jouer avec la température pour obtenir des nuances de goûts.

          Pour tester le PH du miel, on le dilue à 10 % dans de l’eau distillée. Mais comme vous l’avez mélangé, à mon avis ça devrait être bon, ça serait vraiment pas de chance.

  • Bonjour Marie Claire,
    Merci pour cette recette, j’ai hâte d’être à dans un mois. J’ai rajouté 3 brins de thym, est-ce que cela risque de poser un problème ?
    Merci d’avance 😉

  • Bonjour
    Merci pour ces précieuses recettes
    J’ai fait un bocal d’ail et ouverture ce soir cest tres bon mais le test de la bandelette PH montre un PH à 6 du coup j’ai rajouté un peu de jus de citron
    Une fous ouvert doit on le laisser au frigo ? Ou puis le remettre dans le placard je pense qu’il sera meilleur ( il a tout juste 1 mois mais on était pressé de goûter !!)

  • Bonjour Marie-Claire,

    Première fermentation au miel ce matin, je pose donc la question. Les gousses étaient recouvertes de miel, celui-ci arrivant presque en haut du bocal, tout en laissant un peu de place pour l’expansion de volume que vous mentionnez. Toutefois ce midi certaines gousses sont remontées, ou c’est le niveau du miel qui a baissé ; en tout cas certaines gousses sont un peu nappées de miel tout en étant remontées, donc plus vraiment recouvertes. Je veux bien une indication à ce sujet.

    Et puis concernant le miel et le botulisme, je me rappelle avoir lu, quand ma fille était bébé, il y a près de vingt ans, dans un livre d’alimentation naturelle pour les petits, de ne pas donner de miel aux enfants avant l’âge de un an, pour une raison en lien avec le botulisme. Je vous laisse me dire.

    Bel après-midi.

    • Pour l’ail qui remonte, je l’ai expliqué dans l’article si vous le relisez bien.
      Pour le botulisme infantile, lisez ici, sur le site de l’Anses : CLIC.
      Je soupçonne que ce soit une maladie apparue depuis que le miel est fortement frelaté et dévoyé par touts sortes de margoulins. De tous temps on a donné du miel aux enfants. Alors pourquoi brusquement est-ce devenu dangereux ?

  • Bonjour, je découvre depuis quelques mois le monde infini de la fermentation. Votre site en est une source très détaillée et je souhaiterai réaliser votre recette d’ail confit au miel mais je n’ai sous la main que du miel solidifié. Pour quelles raisons ne peut-on pas le liquéfier pour l’utiliser dans la préparation ? Cela change-t-il son Ph ? Ou ses propriétés ? Ou bien est-ce la différence de température entre l’ail et le miel qui pose problème ?
    Merci par avance pour votre aide.

    • Un miel qui a été chauffé à plus de 40°C a des propriétés dégradées, notamment les enzymes sont détruites. Si votre miel est très dur, grattez-le avec le dos d’une cuillère jusqu’à le faire ramollir, vous pourrez le mettre dans le pot et il se liquéfiera quand les aulx seront dedans.

        • Ce n’est pas la fermentation qui fait se liquéfier le miel. il se liquéfie parce qu’il est mélangé à de l’ail dont il fait sortir l’eau, et donc, se diluant avec cette eau, il se liquéfie.
          Moi je conseille de laisser fermenter au moins 6 mois pour une saveur incomparable. Mais on peut aussi l’aimer « jeune » et encore croquant, après 2 ou 3 mois.

  • Bonjour Marie-Claire,
    Une question à propos de la moutarde maison (j’ai pris la recette dans un de vos livres, par ailleurs passionnant et vraiment pédagogue) : une fois que celle-ci est prête (graines fermentées, écrasées, mélangées au vinaigre), peut-on la mettre dans des bocaux normaux, à vis ? Ou faut-il préférer des bocaux à caoutchouc ? La fermentation continue-t-elle ?
    Merci beaucoup.
    Bien à vous,
    Emmanuelle

  • Après un premier essai de fermentation réussi, la deuxième tentative est très décevante : l’ail est resté comme à l’origine et n’a pas fermenté et le miel a un goût de savon
    Avez-vous déjà eu ce cas ? Que faire ?
    Merci

  • Bonjour,

    Je viens de découvrir votre site et cette recette. Merci de votre temps.
    Peut-on faire la même chose avec de l’ail déshydraté?
    Je vous remercie pour votre réponse

  • L’aïl fermenté au miel est une merveille. Je m’en suis servi en cuisine en badigeonnant de ce miel à l’aïl un canard… Merci Marie-Claire.

  • Waaahou ! 😍 Je salive d’avance !!
    J’ai déjà fait de l’ail suri en saumure, gousses entières (goût plus fort) et en petites tranches (plus doux, et presque goût « fumé » !)
    Mais alors au miel… Ça doit être une tuerie !!
    Quel supplice de devoir attendre plusieurs mois…

    Mais du coup, on peut peut-être le faire en coupant l’ail (ne serait-ce qu’en 2 ou 4, voire haché), et donc attendre moins longtemps ? 😊

    Merci pour ce superbe blog passionnant et gourmand !

  • Bonsoir Marie Claire. En cette semaine de février , j’ai été atteinte d’un gros rhume avec de la fièvre ( j’ai fait un test en laboratoire pour confirmer que ce n’est que cela) . En cherchant un petit élixir propre à soulager ma gorge, j’ai redécouvert le bocal que j’avais préparé fin août. 6 mois après c’est toujours délicieux ! Et en 24 heures, mon état s’est considérablement amélioré sans autre médicament qu’un peu de paracetamol……

  • Bonjour,

    Me revoici cette fois bien décidée à tenter prochainement la lactofermentation..
    M’a question porte sur les aromatiques:
    J’ai été effrayée par le risque de botulisme pour la fabrication de fromages aux aromatiques du jardin… vous semblez dire que l’on peut utiliser la mayo fermentation pour les aromatiques? Mais est ce applicable au romarin? Thym ? Ou sinon comment les utiliser sans risque?
    Merci de votre aide!

    • J’ai été effrayée par le risque de botulisme pour la fabrication de fromages aux aromatiques du jardin…

      Pourriez-vous me dire où vous avez lu cela ? C’est pas chez moi ?
      De quel genre de fromage parlez-vous ? Ici vous êtes sur un article parlant de l’ail au miel.

  • Bonjour! Mon ail au miel après 3 mois ne goûte plus l’ail du tout…! Il goûte très fort, je dirais anisé. Moi qui est une grande fan d’ail je m’attendais à ce que ça goûte davantage l’ail… est-ce que ça goûte toujours l’ail habituellement après la fermentation?

  • Bonjour Marie-Claire,

    Je remarque le miel, son jus et les ails en haut qui macère. Tout est ok. Au niveau de la consommation, faut il mélanger le miel avec le jus au dessus pour profiter des principes actifs ?

    Bonne fermentation.

  • si le miel une fois fermenté avec l’ail n’a pas le bon Ph est il encore temps de rajouter du citron, et si oui du coup combien de temps faudra t’il attendre pour le consommer ?
    Ou devons nous l’ajouter au début. Je viens de me rendre compte que le miel que j’ai est du chataignier et la fermentation a déjà eu lieu
    merci

  • Bonjour Marie-Claire,
    Un grand merci pour tous vos conseils et toutes vos recettes ainsi que pour tout le temps que vous nous consacrez.
    J’ai fait de l’ail au miel, je pensais que le mélange allait vraiment augmenté de volume …j’ai laissé de la place mais après un mois mon bocal est plein au 2/3.
    Tout l’air n’a pas été chassé par la fermentation.
    Est ce que je peux consommer sans risque?

  • Bonjour
    Très bonne recette, testée et approuvée.
    Ma question je viens de refaire 2 bocaux, une fois le miel mis, j’ai fermé les bocaux. Et rapidement mon ail flotte. Y a t’il un gros risque.

  • Bonjour. Merci pour vos recettes.
    Suite aux récents commentaires et modifications de l’article, j’ai acheté des bandelettes ph pour tester mon pot d’ail au miel (en pot depuis 1 mois et demi, avec du miel de forêt). résultat : 5,5. Est-ce sans risque ? Dois-je ajouter du jus de citron pour acidifier et tuer la toxine botulique potentiellement présente ? Ou que me conseillez-vous ?
    Merci beaucoup par avance.
    Mathilde.

  • Bonjour,

    Cette année, mon cognassier du Japon a produit plusieurs beaux coings. J’aimerais bien essayer de réaliser cette lactofermentation en remplaçant les bulbilles d’ail par de fines tranches de coing (je n’ai pas le matériel pour confectionner de la confiture, et il serait dommage de les jeter).
    Vous conseillez d’utiliser du miel de nectar car son pH est pratiquement toujours inférieur à 4,5. Possédant plusieurs litres de miel d’acacia, je souhaiterais savoir si ce dernier est toujours un miel de nectar, et donc à pH inférieur à 4,5 ?
    De plus, peut-on mélanger des épices avec le miel, par exemple j’aimerais bien ajouter des épices pour pain d’épices et du gingembre frais avec les coings, et de la cannelle de Ceylan avec l’ail ? Les épices peuvent-elles avoir des propriétés qui défavoriseraient l’activité des bactéries lactiques ?

    Merci.

    • Les miels de fleurs sont des miels de nectar. Donc l’acacia, oui.
      Il n’est pas certain que ce soit une fermentation purement lactique.
      Vous pouvez mettre des épices.

  • Bonjour Marie-Claire, je suis restée plusieurs soirées entières à parcourir votre blog passionnant et je me suis lancée ! j’ai essayé quasiment toutes les recettes que vous proposez et je suis dans l’attente des premières dégustations. (je connaissais le procédé auparavant et appréciais les légumes suris). J’ai acheté votre ouvrage mais j’ai encore deux petites questions auxquelles je ne trouve pas les réponses.
    Peut-on faire lactofermenter la patate douce svp ? comme elle ne doit pas se manger crue… j’aimerais adapter votre recette d’achard avec des patates douces. L’autre question est la suivante : savez-vous si le vers responsable de l’ecchinococcose qu’on peut contracter en mangeant des herbes sauvages dans ma région résiste à ce procédé de conservation ? cette petite bête résiste à la congélation… mais pas à la cuisson heureusement… un grand merci par avance et félicitations pour votre travail.

    • Oui on peut fermenter les patates douces et c’est très bon. ça se traite comme les carottes.
      Pour l’écchinococcose, on m’a déjà posé la question en effet et je n’ai trouvé aucune étude là-dessus.

  • Bonjour Marie-Claire,

    J’ai mis du miel de montagne liquide de mon apiculteur… Mes bocaux ne coulent plus et mes ails sont super beaux…
    Cela est-il dangereux d’avoir mis du miel liquide de montagne ?
    Merci pour votre réponse.

  • J’aimerais tout de même rajouter qu’il faut toujours faire attention à l’acidité de votre miel. En effet, l’ail, privé d’oxygène, libère de la toxine botulique (botox) et est incroyablement mortelle. La seule façon de se protéger de cette synthèse de toxine est de laisser l’ail dans un environnement acide.
    Heureusement, le miel est acide naturellement, mais le pH peut changer durant la fermentation/consommation. Il faut alors tester (du papier pH coute 5€ pour un rouleau) et rajouter un acide comme du vinaigre pour vous protéger.

    • Oui vous avez raison. Mais le (vrai) miel a en général un PH inférieur à 4,5. Les miels de nectar sont très acides, entre 3 et 4,5 les miels de miellat un peu moins acides. Je vais donc rajouter la mention « miel de nectar » préférable dans mon article.

  • Bonjour Marie-Claire,
    j´ai parcouru les commentaire et je n´ai pas trouve de debut de reponse a ma question aussi je me permets de vous la poser. J´ai trouve sur internet la recette d´un « elixir » dans lequel on laisse macerer dans du miel, du citron coupe en quartier, du gingembre, des epices et du thym ( frais dans mon cas). Il y a t´il un risque de botulisme notamment a cause du citron, du gingembre et du thym, tous utilses frais ? un grand merci de votre aide.

  • Quelle délice ces aux fermentés au miel.
    Petite interrogation quant au miel restant une fois tout utilisé, comment peut-on s’en servir ?
    Est-il voué à être « jeter » ?
    Merci d’avance.

  • Bonjour
    Je souhaite faire cette recette d’ail fermenté dans le miel mais l’ail que je possède à un germe. Dois je couper les gousses en 2 et retirer le germe ou ce n’est pas grave si je le laisse ? Merci pour votre site et toutes vos superbes recettes.

  • Bonjour
    Est ce que vous avez le lien qui explique l’effet de libération de l’acide lactique par le miel ? J’ai toujours aimé l’idée de l ail fermenté au miel mais comme les miels de chez moi ont un ph supérieur à 4,5 (miel de sapin) je voudrais être sur de pas mettre en danger la famille. Merci.

    • Ah mais je ne suis pas du tout certaine qu’il y a de l’acide lactique dans cette préparation ! En tout cas ça n’a pas été étudié.

      • Bonjour, ma fermentation a fonctionné, c ‘est effectivement délicieux !
        Ce n’est donc pas une fermentation lactique, ni alcoolique, savez-vous de quelle sorte de fermentation il s’agît ?
        J’aime comprendre le fonctionnement et ainsi pouvoir éventuellement adapter la recette !
        merci d’avance

  • Bonjour, j’ai mis en route ail miel. Je n’ai pas beaucoup de bulles qui m’indiquent un démarrage de la fermentation. J’ai acheté de l’ail frais en grande surface. Es ce que je peux tout jeter? Merci

  • Bonjour, Première fois que j’essaie l’ail fermenté. Après 45 jours, j’ai une gousse d’ail qui a noirci en partie. Est-ce que c’est normal ou c’était une gousse avec une tache brune qui a moisi? Certains autres éclats ont commencé à brunir. Merci de m’éclairer, car j’ai plusieurs pots que je surveille et je ne souhaite pas tout jeter.

  • Un bonheur, cet ail fermenté ! J’en ai utilisé aujourd’hui pour réaliser le Tzatziki. Recette de votre livre « Je mange des aliments fermentés… » avec pain Pita (dans le même livre).
    Je trouve le tzatziki moins piquant qu’avec de l’ail normal mais tout autant parfumé.
    Merci, une fois de plus, Marie-Claire, pour tous vos partages délicieux et sains en même temps.
    Une petite question : puis-je congeler le pain pita ?

  • Bonjour,
    Je suis une grande stressée de la fermentation 😬
    Pas de bocal hermétique sous la main, est ce que si je réalise la recette directement dans mon pot de miel en verre ça marche ? (Et C’est dans risque ?)
    Et peut on en administrer ensuite aux enfants ? Mon petit a 3 ans…
    Merci pour ce guidage précieux sur le chemin de la lacto-fermentation
    Aude

    • Oui c’est sans risque.
      Je pense qu’on peut pour cette recette utiliser un pot à vis étant donné que le miel ne moisit pas.
      Pour les enfants, c’est en-dessous de 12 mois qu’il ne faut pas donner de miel. A 3 ans, pas de problème.

  • Bonsoir Marie-Claire,
    J’ai réalisé avec beaucoup de plaisir trois pots d’ail fermenté au miel hier. Ainsi lancée, j’ai tenté aujourd’hui la fermentation des betteraves de notre potager comme vous l’expliquez dans votre livre. Mais les betteraves rapées ont rendu tant d’eau que je n’ai pu ajouter que très, très peu de saumure dans les bocaux. Que dois-je faire ? Existe t-il un risque de toxine botulique ?
    Merci beaucoup et bonne soirée,
    Julie

  • J’ai bien aimé l’idée d’utiliser cet ail fermenté au miel pour laquer des viandes grillées ou sublimer des légumes au four, tout à fait génial!
    Dès que cette recette d’ail fermenté au miel a été publié en août sur votre blog, je me suis empressée de préparer un bocal genre « Le Parfait » avec de l’ail nouveau bio acheté directement d’un fermier. Le miel de trèfle bio, non pasteurisé et encore liquide provient de la Gaspésie, mais je l’ai acheté dans d’un magasin de produits naturels. Depuis, le bocal se repose au fond d’une de mes armoires de cuisine. Je suis allée le « visiter » aujourd’hui. Je n’ai pas vu de bulles, mais le pot a suinté un peu sur l’assiette. Est-ce signe que les bulles se sont échappées? Les gousses commencent à prendre une teinte beige foncée par endroit comme si elles « s’imprégnaient » de miel. Je présume que c’est normal et que c’est le signe que l’ail commence à confire, n’est-ce pas? Rassurez-moi.
    Je vais attendre un autre mois ou deux ou plus pour suivre l’évolution de ce petit univers et j’ai très hâte d’utiliser ça en accompagnement avec d’autres plats, mis à part de le manger tel quel 😉 Merci Marie-Claire

  • Bonjour Marie- Claire, bonjour toutes et tous. Merci pour cette merveilleuse recette d’ail fermenté au miel. Mes bocaux sont terminés. Ils sont tout beaux dans leurs bocaux le parfaites très décoratif. Et maintenant je les mets au frigo ou je les laisse a température ambiante dans ma cuisine ? Merci pour votre réponse . Belle journée à vous ainsi qu’à vous toutes et tous qui ont fait cette merveilleuse recette.

  • Bonsoir Marie-Claire,
    J’ai un peu honte de vous poser cette question, mais bon… dans mon désarroi… la voici :
    Est-ce qu’après avoir subi un passage au four (montée en température à 200 °C), la fermentation risque-t-elle d’être loupée ?
    Ma mésaventure est la suivante : après avoir préparé 2 bocaux d’ail au miel (en suivant scrupuleusement votre recette), j’ai « rangé » mes bocaux dans le four. Je pense que vous devinez la suite : 2 jours après, en préparant un gratin pour le dîner, j’allume le four sans réfléchir pour préchauffage pendant que je termine ma béchamel.
    Et là, une fois le four arrivé à 200 °C, j’ouvre pour enfourner et ..oh surprise… mes bocaux !!
    … au moins, ça a commencé à buller… !
    Que pensez-vous ? Et comment savoir si cet incident a impacté le bon déroulement de la fermentation ?
    Merci par avance !
    Cordialement, Florence

    • Ça a tout tué 😞. Que celui à qui ça n’est jamais arrivé vous jette la première pierre… j’ai tué un levain, une fois, comme ça.
      Mangez l’ail, et utilisez le miel. C’est pas pour ça que ce n’est pas bon. Ça a fait de l’ail confit au miel. Mais ça n’aura pas les propriétés probiotiques.

      • Oh misère… il ne me reste plus qu’à réaliser moults plats sucrés-salés, alors ;
        et de recommencer les bocaux d’ail fermenté, car je ne vais pas me laisser abattre par cet incident !
        Un grand merci en tout cas pour votre réponse claire.
        Bien à vous

  • Bonjour,
    Faut-il peler l’ail au préalable ou bien lui laisser la fine pellicule qui fait office de peau ?
    Car je pèle habituellement l’ail en coupant les deux extrémités, ce qui me permet de retirer le pédoncule vert. Dois-je faire pareil pour cette recette ?
    Merci par avance pour votre aide !

  • J’ai fait un bocal il y a 3 semaines, je l’ai fait tombé il s’est cassé, j’ai récupéré l’ail que j’ai goûté par la même occasion pas assez fermenté et le miel à l’ail un délice, j’ai remis dans un pot que j’ai fermé rajouté du miel pour couvrir c’est bon ? Je peux laisser à température ambiante j’ai pas mis au frigo. Est ce que la fermentation va se poursuivre à cause de l’accident ?

  • Bonjour Marie-Claire,
    J’ai commencé ma fermentation mercredi dernier, mais en déplaçant le pot, le poids a glissé et est maintenant à la verticale dans le pot (faut croire qu’il n’était pas assez large…) avec les gousses de chaque bord. Certaines gousses ont maintenant le bedon à l’air… La fermentation semble avoir commencé – du miel déborde depuis dimanche, mais ça me ferait de la peine de gaspiller de l’ail. Est-ce que je devrais arrêter le projet avant qu’elles soient gâchées?
    Merci!

  • Bonjour, merci pour cette recette! Je suis en train de la tester, cela fait plus de 3 semaines que mes gousses d’ail sont dans le miel: le miel est devenu très liquide et aucune mousse ou bulle ne s’est formée… Est-ce normal? Je continue le processus ou c »est loupé? Merci beaucoup!

  • Bonjour Marie Claire,

    Merci pour votre article et vos bonnes recettes. Concernant le choix du bocal, faut-il qu’il soit obligatoirement avec joint de type « le parfait » ? Les bocaux confiture vissés suffise-t-il ? A bientot en atelier, bon courage et bonne journée.

      • bonjour. depuis qqes années je fait des bocaux d’ail lactofermenté,et je n’ai aucun souci. cette année sur 3 bocaux,2 sont devenus rouge! a quoi cela peut il etre du? j’en ai gouté une gousse qd mm! croquante,plus piquante que ceux des années precedantes,mais j’avoue ne pas etre sur de manger le reste! pouvez vous m’eclairer svp? merci

  • Bonjour,

    C’est très intéressant de savoir que l’on peut pratiquer la fermentation lactique dans du miel ! J’imagine que l’on peut appliquer cette technique pour l’échalote et l’oignon aussi ? Merci

  • Bonjour, merci pour cette merveilleuse recette que je viens de réaliser.
    Néanmoins après avoir versé mon miel en 2-3 fois pour être sur qu’il y en ait partout, les gousses d’ail se sont déjà retrouvées à la surface, donc ne sont plus immergées dans le miel.
    Pensez-vous que cela risque de moisir? car selon votre descriptif la remontée des gousses se fait après plusieurs jours normalement. J’ai tenté de les pousser vers le bas mais rien n’y fait..
    Pour info mes têtes d’ail n’avaient que des petites gousses.
    Merci par avance
    Bon dimanche

    • Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse…

      En réalité je préfère acheter ce miel récolté par un apiculteur à 5 km de chez moi dans un pot en plastique, plutôt que du miel industriel en pots de verre, qui a été chauffé, coupé au glucose et mélangé « provenance UE et hors UE » (la seule chose dont on est sûr c’est qu’il est produit sur terre… quoi que…)
      Malheureusement parfois on ne peut pas tout avoir.

  • Bonjour, je me demandais si on peut le faire avec des légumes ? Avez vous essayé ? Des betteraves, courgettes, oignons ou autres ? Quels légumes possibles ou ceux pas possibles ? Je pense avoir trop rempli mon bocal car j’avais peu d’ail et un bocal trop grand j’en ai donc pris un plus petit, c’est grave si ça déborde ? D’ailleurs quand ça déborde on doit nettoyer les bocaux pour pouvoir les mettre dans les placards et ne pas attirer les bêtes, on fait comment on les passe sous l’eau ou vaut mieux pas ? Merci pour vos précieux conseils je suis débutante j’ai commencé cet été

    • C’est fréquent que ça déborde, c’est pour ça qu’il faut le mettre sur une assiette ou un plateau. oui, nettoyez le bocal, mais sans l’ouvrir surtout.

      Pour les autres légumes : en théorie, oui, mais je n’ai jamais essayé.

  • Bonsoir Marie-Claire,
    Merci infiniment pour votre blog et votre touche d’humour.
    Une question cependant. Les bocaux se conservent plusieurs années, fermés.
    Plusieurs années s’ils sont ouverts et au frigidaire.
    Et combien de temps s’ils sont ouverts et à température ambiante ?
    Merci pour votre retour,
    Florence

    • En réalité… J’en ai moi-même depuis plusieurs années… 😉😉😉
      Il faut juste surveiller l’aspect, l’odeur, la texture … et tant que c’est bon… c’est bon.

      • Marie-Claire,
        Je suis allée dans votre restaurant Suri. Le lieu est bien situé, l’équipe très acceuillante.
        Par curiosité j’ai pris l’assiette dégustation qui était d’ailleurs très copieuse et j’ai beaucoup aimé.
        Mais je voulais juste vous faire ce retour.
        Les légumes fermentés ont toujours un goût fort et vinaigré ce qui est normal.
        Je me permet de vous suggèrer d’ajouter un peu de riz blanc pour adoucir et créer une vraie transition entre chaque bouchée de découverte. Un peu comme le font les japonais ou les coréens.
        J’ai beaucoup apprécié de repartir avec des grains de kéfir.
        Merci beaucoup.
        Florence

        • Merci beaucoup pour votre visite. Et pour ce retour d’expérience, dont j’ai bien pris note !
          La tartinade est sensée jouer ce rôle « neutre », mais nous allons réfléchir pour améliorer l’assiette qui évolue au fil des saisons.
          Et bon kéfir !

        • Bonjour
          Quelle surprise de voir ce commentaire, je pensais exactement la même chose ! (Sauf pour le riz, c’est une bonne idée !)
          Je suis allée chez Suri (comme en pèlerinage ! 😍) en novembre 2019, un soir (en demandant mon chemin à des policiers… 😭 Pas l’habitude de circuler seule à Paris et de nuit !)
          C’est mignon comme tout et j’ai été très très bien accueillie ! 😊
          J’avais pris une petite assiette ou un bol (tapas) de légumes suris avec deux ou 3 gros falafels et une petite sauce de crème surie au sésame. J’ai trouvé aussi que les légumes suris étaient assez acides (ce qui est normal) et j’ai osé demander un supplément de sauce pour adoucir mais aussi contrebalancer la sécheresse des falafels. Si j’étais chez moi, j’aurais simplement arrosé généreusement d’huile d’olive. 😊

          J’ai hâte d’y retourner, un midi ! Les photos sur Facebook sont si alléchantes…

  • Bonjour, j’expérimente depuis deux ans la lacto-fermentation, grâce à vos conseils précieux. Est-ce que vous avez essayé de fermenter des champignons ? J’ai un souvenir qui vient de la Russie où on faisait des bocaux avec des champignons pour l’hiver mais je ne sais pas si on utilisait que le sel ou d’autres ingrédients. En tout cas on les appelait « champignons salés ». Merci d’avance pour votre retour.

    • J’ai fait, il y a 2 ans, fermenter des champignons au sel (une couche de champignons, une couche de gros sel gris) avec des aromates (sauge et thym)
      Champignons très parfumés mais immangeables tels que car trop salés.
      Pour parfumer et saler une soupe de courge,en revanche , excellent avec juste un ou 2 morceaux de champignons.

  • j’ait fait le miel fermenté comme indiqué : gousses d’ail nouveau epluchees,miel d’acacia liquide bio depuis 5 jours il ne se passe rien ;l’ail flotte toujours e ?n surface .Est ce normal

  • C’est une découverte pour moi !
    Je ne savais pas que l’on pouvait faire de la fermentation au miel.
    J’ai bien hâte d’y goûter. Ça me fera de super beaux cadeaux de Noël à donner à mon entourage.
    Merci, Merci!

    • Bonsoir je souhaite savoir si les bocaux à utiliser doivent-ils être impérativement des bocaux avec caoutchouc (style le parfait)ou cela fonctionne aussi avec des bocaux avec couvercles métalliques ?Merci de vôtre réponse et pour tous vos précieux partages d’expériences .Michèle

  • Bonjour,
    Pour celles et ceux que cela intéresse également, une « variante » ramenée d’un voyage en Inde, auprès de personnes qui se prémunissent des risques de maladies avec cela :
    Moitié ail, moitié gingembre et le tout recouvert de miel liquide. Laisser macérer 3 mois. Puis, en prendre une cuillère chaque matin pendant 10 ou 15 jours. Ils conseillent de faire cette « cure » 2 fois par an, en automne (avant l’hiver) et au printemps.
    Depuis, jamais malade …
    Amitiés
    Jean-François

    • Merci Jean-François, je revenais justement pour demander si on pouvait faire pareil avec du gingembre !
      Et hop, la réponse est là 🙂

      ps à Marie-Claire : ça mousse ça mousse dans les pots d’ail, c’est génial, c’est beau !!

    • Bonjour Jean-François,
      Merci pour votre recette. Une question bête : que prend-t-on chaque matin : une cuillerée de miel ou une cuillerée de miel+ ail + gingembre ?
      Merci pour votre retour,
      Cordialement
      Florence

    • Bonjour,
      J’ai fait beaucoup de bêtises. J’ai liquéfié mon miel de l’apiculteur voisin en le chauffant. Puis j’ai utilisé un bocal à couvercle. J’ai retourné régulièrement le pot pour que toutes les gousses soient immergées à tour de rôle. Le miel à coulé et j’ai dû ouvrir à plusieurs reprises pour laisser dégazer. Certaines des gousses sont devenues violettes. Est ce que je peux les consommer ?

      • Ah oui ça fait beaucoup de bêtises en effet… je n’ai pas la moindre idée si votre ai est encore comestible. Il faudrait mesurer le ph. Si c’est inférieur ou égal à 4,5, c’est bon.

  • je viens de faire cette merveilleuse recette… Il n’y a plus qua attendre deux mois… De plus les pots sont très jolis, je vais en faire d’autres pour offrir, je pense que cela fera sont petit effet, car non seulement beaux mais aussi très très bon…. Marie-Claire une petite question, est ce qu’il y a un autre aliment que l’on peut faire fermenter au miel…Merci pour ces belles recettes… Bonne journée a vous et a tous ceux qui vous suivent…

  • bonjour marie-claire
    un grand merci tout d’abord pour toutes ces recettes de lactofermentation, je m’y suis mise depuis un peu plus d’un an , je suis ravie et mon entourage aussi!
    Concernant cette recette avec de l’ail, est-ce aussi possible avec de l’ail séché? J’en ai une dizaine de petites têtes récoltées dans mon amap, et je serai contente d’en faire quelque chose …

  • Bonjour Marie-Clair,
    Je suis John, Je suis interessé a fermenter le choux en pot. connaissez-vous comment le faire, pouvez-vous m’expliquer les étapes a suivre pour le faire SVP ?
    Merci

  • Merci pour ce fabuleux truc de conserve ! J’ai une question; Une fois le pot ouvert pour consommer sois une gousse d’ail ou du miel, vous diriez qu’il est maintenant bon pour combien de temp ?

    Merci Beaucoup!

  • Bonjour Marie-Claire, J’ai fait un pot d’ail hier soir et ce matin j’ai constaté que certaines gousses sont remontées à la surface et ne sont plus recouvertes de miel. Que me conseillez-vous dans ce cas? D’avance je vous remercie de votre aide.
    Belle soirée.

  • Bonjour,
    J’ai testé votre recette choucroute, génial !!! je me lance dans celle-ci, j’ai acheté du bon miel …!!!! j’ai un bocal de 500 ml et deux belles têtes d’ails, j’espère que ça va aller

  • Bonjour les personnes diagnostiquées peuvent-elles consommer des aliments lactofermentés, cette recette m’intéresse. Merci pour votre reponse😏

  • cette recette tombe à pic merci. du miel de montagne d’un ami apiculteur et de l’ail rose de Billom acheté la semaine dernière. j’ai vite essayé. j’ai l’habitude de déshydrater une grosse quantité d’ail pour toujours en avoir jusqu’à la prochaine récolte mais cette fois j’essaye avec le miel et avec le sel.
    doit-on laisser le bocal à la lumière ??

  • Bonjour,
    Question d’un Bourguignon curieux : Cet ail fermenté au miel apportera-t-il une note agréable et surtout gourmande au beurre d’escargots ? Juste le temps d’en préparer un petit bocal pour Noël qui demain sera là, tant il est vrai qu’il vaut mieux tester avant…
    En attendant, belle fin d’été.
    Jean-Michel 71

    • Merci, belle fin d’été à vous aussi !
      Pourquoi pas ? Ça apporterait une touche sucrée. Il faut essayer pour savoir si c’est bon.

  • Merci pour cette nouvelle recette qui me met l’eau à la bouche. Je m’en vais de ce pas en faire un bocal qui sera suivi de quelques autres afin d’en offrir.

  • Je fermente l’ail dans le miel depuis un petit bout , j’ai un pot qui a plus d’un ans sur le comptoir.
    Une gousse le matin à jeun , ça se mange comme un bonbon et c’est un c’est un cadeaux du ciel à donner à ceux qu’on aime . Je n’ai pas eu de problème d’haleine (du moins je crois!!!!) .
    Je ne l’ai pas fait mais je crois qu’on peut le faire aussi avec des oignons grelots ou échalotes .

  • tres difficile de trouver du miel liquide bio , car tous les miels se cristallisent
    s il est liquide meme bio c’est qu il a ete chauffé !il est possible de le rendre liquide au bain marie tres doucement
    je vais tester cette recettte
    merci

    • Achetez le miel à un apiculteur ! Il vous vendra du miel fraîchement récolté et il sera liquide.
      Le miel cristallise plus ou moins vite selon les fleurs d’où il provient. (c’est dpu à la plus ou moins grande teneur en fructose). Le miel de lavande ne cristallise pas, par exemple.

        • Le sirop d’érable n’a pas du tout la même composition chimique que le miel. Je n’ai jamais entendu parler d’aliments conservés dans le sirop d’érable, même chez les peuples autochtones. Si des nords-américains passent par ici, ils nous donneront peut-être des précisions.

      • Bonjour Marie Claire
        Tout d’abord un grand merci à vous et à une amie jardinière qui m’a fait découvrir votre site.
        Je reviens sur la juste réflexion de Myriam concernant le miel cristallisé .
        En tant qu’apiculteur amateur je ne produits que du miel toutes fleurs qui cristallise plus ou moins rapidement .
        Je me faisais une joie de tester cette recette avant de lire qu’il ne fallait pas liquéfier du miel cristallisé. Or mon miel l’est déjà .
        Si je liquéfie mon miel à basse température est ce que la fermentation sera compromise ?
        Merci pour votre réponse.
        Cordialement.

        • En tant qu’apiculteur, vous savez sans doute mieux que moi quelle température il ne faut pas dépasser pour ne pas annuler les propriétés du miel…

      • Le vrai miel de lavande se cristallise aussi après quelques semaines de mise en bocaux. Le miel d’acacia et le miel de châtaigner ne se cristallisent pas facilement mais attention ils doivent être achetés chez un apiculteur professionnel et sérieux.
        Le sirop d’érable comme le sirop d’agave sont chauffés à haute température lors de la récolte plus de 100° donc je ne sais pas s’il peuvent conserver des aliments car ils sont morts. Le seul élément recherché est le gout sucré.

      • Pas de souci avec le miel cristallisé. Une fois l’ail mis dedans, il fond petit à petit, en un quart d’heure. J’en ai fait l’expérience !

      • Le miel de lavande- en fait le plus souvent de lavandin- cristallise.
        tout de suite après l’extraction non, mais très rapidement oui;-)

        Salutations mellifères
        Denis AMUTIO

  • C’est fait! J’y ai ajouté ma touche personnelle : quelques brins de thym.
    Un très grand MERCI, Marie-Claire, pour cette recette.

  • la recette tombe pile juste et est convaincante: nous avons notre miel et notre ail, le tout certifié BIO Suisse. Merci pour cette recette, et toutes les autres, nous avons désormais une cave bien remplie de produits lacto-fermentés et nous nous régalons.

    • Moi aussi je vais essayer avec les bons produits des paysans de Forcalquier. Je n’ai pas la chance de tout récolter.
      La lacto-fermentation est en effet source de richesses gustatives sans oublier la santé et merci à Marie-Claire pour toutes ses bonnes recettes et ses explications précises qui nous permettent de réussir à chaque fois.
      Bonjour à la Suisse et à vous deux. Bientôt les vendanges!

  • Cette recette ne pouvait pas mieux tomber, Ma Grand-Mère la faisait et je trouvais ça délicieux.
    Mais je ne savais comment elle faisait ; alors je n’ai jamais osé la faire.
    Mon épouse va aller me chercher le miel chez mon pote et demain je fais au moins deux bocaux
    Merci Marie France .

  • Je vais certainement essayer quand j’aurai de l’ail.
    Par contre je suis très surpris quant à l’utilisation du miel car je pensais qu’il était un antiseptique ?

  • bonsoir,
    J’ai déjà fait cette recette avec de l’ail nouveau, en laissant la peau. Il convient donc à présent de l’enlever avant de croquer l’ail, qui reste extrêmement craquant. J’ai secoué le bocal tous les jours. Étonnant, comme goût.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Pin It on Pinterest

Share This