Condiment de blettes et oignons nouveaux suris

Le goût de ce suri est extraordinaire, toutes les personnes à qui je l’ai fait goûter l’ont trouvé délicieux. Si vous voulez faire aimer les légumes fermentés à des gens qui ne les connaissent pas, ou qui ont un à-priori négatif, c’est ce qu’il faut leur proposer !  Ça va même faire aimer les blettes à ceux qui ne les apprécient pas.

Les côtes de blettes sont fermentées avec des petits oignons nouveaux, des carottes, de l’ail et du gingembre, pour en faire en un délicieux condiment acidulé et bien relevé, au goût plein d’umami. Ces blettes suries feront une garniture de sandwiches, agrémenteront une salade ou un plat de charcuterie. Ou bien escorteront un plat asiatique. On peut encore les ajouter sur des pommes de terre vapeur, ou sur du riz blanc pour accompagner une viande ou un poisson.

Ingrédients pour 1 bocal à joint de caoutchouc de 50 cl

  • 400 g de côtes de blettes
  • 100 g de carotte
  • 1 pincée de sel ni iodé ni fluoré, sans additif, (clic) 
  • 1/2 botte d’oignons nouveaux
  • 2 gousses d’ail
  • 20 g de gingembre
  • 1 cuil. à café de sucre roux
  • 2 cuil. à café de sauce soja
  • 1 cuil. à soupe de nuoc mam

Comment faire :

  1. Rincez les blettes. Après avoir effilé les côtes, détaillez-les en julienne (bâtonnets de 4 cm de long sur 3-4 mm de large). Epluchez la carotte puis taillez-la de la même façon. Vous pouvez aussi la râper sur une grosse râpe
  2. Mêlez les blettes et les carottes dans un saladier, ajoutez une pincée de sel, pas plus. Mélangez avec la main, puis laissez reposer le temps de préparer la suite.
  3. Nettoyez les oignons nouveaux en coupant les racines. Gardez les bulbes et le vert. Fendez les bulbes dans la longueur en 2 ou en 4 s’ils sont gros, puis tronçonnez les tiges de la même longueur que les blettes. Pelez l’ail et le gingembre, puis détaillez-les en fins bâtonnets.
  4. Ajoutez les oignons nouveaux, l’ail, le gingembre dans le saladier. Mélangez ensuite quelques instants à la main. Vous devez avoir les mains mouillées.
  5. Saupoudrez le sucre, puis versez le nuoc mam et la sauce soja, mélangez bien.
  6. Tassez le tout dans un bocal de 500 ml. Fermez hermétiquement avec le caoutchouc en place. Il ne reste plus qu’à laisser fermenter 7 jours à température ambiante. Après ce temps, conservez à température de la cave (autour de 15°C) ou gardez à température ambiante.
Les blettes sont en pleine fermentation, à J +2.

On peut consommer ces blettes suries à plusieurs stades de leur évolution. Après 8 jours elles seront à peine fermentées et très douces. Après 15 jours elles commencent à avoir du caractère, tout en restant croquantes.

Ici elles ont un mois de fermentation. Délicieux !

Vous pouvez aussi utiliser des bettes à côtes rouges ou jaunes, pour un résultat plus coloré. Mais dans ce cas, ne fermentez pas trop longtemps, car elles vont finir par se décolorer.



22 commentaires sur “Condiment de blettes et oignons nouveaux suris”

  • Bonjour,
    Je découvre votre site avec beaucoup de joie. Je suis en train de préparer mes vacances et programme de faire des conserves pour la 1ère fois!
    Est-il indispensable d’utiliser des bocaux le parfait avec le joint? En effet, j’ai beaucoup de grand bocaux d’environ 500g de contenance avec des couvercles en métal type bocaux de confiture.
    Merci par avance et bel été 🙂
    Isabelle

  • Bonjour
    Je n’étais pas venue sur votre site depuis un moment et je vois que toutes vos recettes sont « suri ». C’est juste un autre mot, plus court pour fermentation? Ou c’est une origine différente?

      • Merci! J’aurais du m’en douter! Alsacienne que je suis, ma grand-mère remontait de la cave des surirüawas plus longs que des spaghettis!
        J’ai fait des dégustations lors d’un marché de différents légumes que nous produisons que j’avais lacto-fermenté et je n’ai pas su répondre à la question sur l’utilisation contre-indiquée ou non d’un ustensile en métal pour servir les légumes. Qu’en pensez-vous?
        J’ai beaucoup recommandé votre livre et votre site si complets. J’ai hâte de gouter ces blettes!

        • Ah les sürirüawa ! 😉
          Il n’y a aucune contre indication à l’utiliser un ustensile en inox avec les légumes fermentés.
          se méfier avec l’argent, l’alu, le cuivre, le fer, mais ces métaux sont devenus rares de nos jours en tant qu’ustensiles de cuisine !

  • Bonjour Marie-Claire et un grand merci pour nous abreuver de si bonnes choses…..Je me demandais si à la place des côtes de blettes,je pouvais mettre des côtes de choux chinois que j’ai enormément dans mon jardin….Merci pour votre gentillesse et à bientôt Kaziane

  • Bonjour Marie-Claire,
    Une petite question : j’ai préparé cette recette le 30/06, nous sommes le 03/07 je m’étonne du fait que la fermentation ne démarre pas. Mes quantités de légumes sont un peu plus importantes, je n’avais pas de nuoc mam, j’ai mis plus de sauce soja, le tout tient dans 2 bocaux. Est-il possible qu’il y ait un défaut d’étanchéité, les joints ne sont pas neufs ? Avec la chaleur en ce moment les fermentations de kéfir (lait et fruits) sont très rapides, mais ne démarre pas sur mes légumes…
    Merci de vos conseils. Belle journée
    Monique

  • Merci, je me réjouis de samedi d’y aller au marcher pour faire cette superbe proposition.
    Je m’imagine déjà sont goût, je cuisine déjà façon asiatique. je me réjouis vraiment.
    Vous êtes magnifique un grand merci.
    Cordialement

    Beatriz Guye

  • Bonjour,
    Je souhaite faire des bettes lacto-fermentées « natures » et sans aromates pour pouvoir les cuisiner et les accommoder ensuite. J’ai lu les divers articles de votre blog passionnant. Par contre, veuillez m’excuser mais je suis un peu perdue : peut-on utiliser les côtes et les feuilles et, si oui, dans un même récipient ? Quelle méthode préconisez-vous : au sel ou en saumure ?
    Merci par avance de vos réponses et bonne fin de journée.

    • Faites les blettes comme vous voulez les manger : si vous voulez manger ensemble les côtes et les feuilles, faites-les ensemble. Si vous voulez les manger séparément, faites-les séparément.

      Faites la même méthode que pour la choucroute, car les bettes sont riches en eau.

  • Bonjour Marie Claire,

    Je n’ai pas de sauce soja ni de nuoc mam.
    Puis je utiliser du tamari et du mirin ou du vinaigre de cidre à la place ?

    Merci pour vos conseils et recettes !
    Lisa

    • Surtout pas de vinaigre, ni de mirin.
      le tamari peut remplacer la sauce soja.
      Le nuoc mam ou la sauce de poisson se trouvent facilement dans les épiceries asiatiques, sur internet, ou même dans la grande distribution.

  • Bonjour Marie Claire
    Merci pour cette délicieuse recette que je vais rapidement tester!
    Concernant les blettes (j’en ai dans mon potager 😎 ça tombe bien!) Faut il se limiter aux côtes ou peut-on prendre également les feuilles
    Merci de votre réponse. Bonne journée
    Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Pin It on Pinterest

Share This