Muffins aux courges suries et kéfir de lait

Vous avez dans votre placard un vieux bocal de courges ou de courgettes suries qui ont un peu ramolli, et ne sont plus très appétissantes ?  Vous ne savez pas ce que vous allez bien pouvoir en faire ? Ne les jetez pas ! Ces muffins vont vous réconcilier avec toutes les vieilles courges. (Non, je ne pense à personne en particulier.)

C’est une recette sucrée-salée, elle peut paraitre étrange mais goûtez : c’est délicieux.

La recette comporte des lardons. Prenez une tranche de poitrine achetée chez le charcutier et taillez-la vous mêmes en lardons. Surtout ne vous rendez pas malades en achetant ces infâmes produits industriels sous blister ! On peut aussi les remplacer par du jambon de pays. Ou encore des petits morceaux de magret séché.

Pour 8 muffins

  • 175 g de courge lacto-fermentée bien égouttée (potiron, butternut, courgette, etc)
  • 40 g de lardons allumettes
  • 250 g de farine
  • 5 g de poudre à lever
  • 60 g de graines de courge
  • 1 œuf
  • 150 g de sucre
  • 150 g de kéfir (ou de lait entier si vous n’avez pas de kéfir)
  • 60 g de beurre
  • 2 cuillerées à café de feuilles de thym frais
  1. Préchauffez le four à 180°C. Beurrez 8 moules à muffins, ou garnissez-les de caissettes en papier.
  2. Égouttez la courge fermentée dans une passoire. Taillez-la en tranches ou en dés si elle ne l’est pas déjà.
  3. Faites dorer les lardons dans une poêle sans matière grasse. Laissez ensuite refroidir.
  4. Mélangez la farine, la poudre à lever et les graines de courge. Ajoutez les lardons.
  5. Dans un autre récipient, battez l’œuf avec le sucre et le kéfir, puis ajoutez le beurre fondu.
  6. Faites un creux dans la farine, versez ensuite les ingrédients liquides et incorporez-les. Terminez par la courge fermentée, sans insister pour ne pas l’écraser.
  7. Remplissez les moules et enfournez pendant environ 30 min. Laissez refroidir sur une grille.

On peut déguster ces muffins à tous moments de la journée : au petit-déjeuner, ou bien au goûter, ou encore pour accompagner une soupe ou une salade. On peut aussi les faire en mini format pour l’apéro, dans ce cas raccourcissez le temps de cuisson.

Si vous les faites avec d’autres légumes, venez me dire le résultat ! Je pense que ça ne doit pas être mal non plus avec du citron confit au sel. Qui va tester ?



13 commentaires sur “Muffins aux courges suries et kéfir de lait”

  • Ca y est! Muffins sucrés salés aux citrons confits! (175g = 2 citrons moyens environ)
    Résultat fort intéressant et original, nous avons bien apprécié, avec chou chinois en salade, sauce soja et huile de sésame.
    Le contraste sucré/acide est peut-être un peu trop marqué (je n’avais pourtant mis que 110g de sucre). Je réduirai à 80 g au prochain essai.

    • Merci pour ce retour, ça aidera surement des lecteurs.
      Vous parlez sans doute du contraste sucré-salé.
      Le sucré et l’acide se compensent l’un l’autre. Par exemple le coca est très acide (même PH que le vinaigre) mais il est aussi très sucré, ce qui annule en bouche la saveur acide .
      Si vous réduisez le sucre, l’acidité sera plus marquée. Mais c’est peut-être cela que vous cherchiez ?

  • Aujourd’hui était enfin le jour où je pouvais tester votre recette, avec différents « légumes ».
    Pas avec des citrons confits, je ne les ai faits qu’hier.
    Mais butternut nature en saumure (déc 2015), cubes appétissants mais fondants,
    courgettes-menthe-ail en saumure (sept 2016), tranches fermes et parfumées, et
    pickels d’écorce de pastèque-ail-graines de fenouil en saumure (sept 2017), carrés fermes, parfumés, acidulés,
    ce sont là les 3 bocaux que j’ai choisis.
    Et j’ai également pris un morceau de poitrine de porc salé aux herbes (thym, romarin, laurier), mis à sécher il y a un mois. Pas de kéfir, je ne me suis pas encore « lancée ». J’ai donc utilisé du lait entier bio.
    Pour ce qui est du sucre, j’ai fait selon mes habitudes : seulement 70g pour 250g de farine. Et après avoir goûté la 1ère série de muffins à la courge, j’ai maintenu la proportion , avec succès, pour les courgettes et les pickels d’écorce de pastèque. J’avais 12 muffins par préparation. Résultats de la dégustation familiale : 1ère fournée à la butternut fondue dans la pâte. C’est « délicat », agréablement sucré au thym, parfois salé au thym (lard séché) ou craquant (graines de courge) . 2ème fournée aux petits cubes de courgettes : C’est bon. Outre la pâte sucrée au thym, on découvre des morceaux moelleux et parfumés (courgettes), des morceaux plus durs, salés au thym (lard séché) et des morceaux craquants (graines de courge).
    3ème fournée aux pickels d’écorce de pastèque : Agréablement surprenant. Les petits cubes d’écorce sont plus fermes que ceux des courgettes et plus acidulés. Cela s’ajoute aux différentes saveurs et consistances détaillées ci-dessus pour les courgettes.
    En conclusion : les 3 parfums ont été appréciés. Et je ferai volontiers un 4ème essai,… avec les citrons confits ! Mes commentaires sont longs mais vous nous apportez beaucoup et je vous en remercie.

  • Peut-être les courges et les courgettes ont elle besoin de jus lactofermenté pour lancer le processus. En tous les cas c’est ce que je ferai l’été prochain car moi aussi j’ai eu des courgettes très acides, et donc difficilement utilisables, même pour des soupes.

  • mjam! J’avais des courgettes suries au curcuma, cela a tourné ma pâte une couleur délicieusement dorée…. Merci pour cette recette qui s’est avérée beaucoup plus intéressante que je ne l’avais pensé au début!

  • J’ai essayé à plusieurs reprises de faire de la lacto fermentation de courges …. rien n’a fonctionné à l’ouverture du bocal c’était d’une puanteur insoutenable ! une copine a essayé aussi … idem ! il doit y avoir quelque chose que je ne comprends pas ! auriez vous une idée ??? merci ! … pour tout le reste … génial !

      • Bonjour Marie-Claire, je suis intéressée par votre discussion sur les courgettes ratées… j’ai fait l’été dernier des patissons lacto-fermentés et l’odeur à l’ouverture était insoutenable… j’avais laissé la peau… est-ce la raison ?
        Encore mille mercis de m’avoir fait découvrir ces fermentations ancestrales !

        • Non ce n’est pas la raison. Au contraire, un morceau de peau rajoute des bactéries et ne peut que favoriser la fermentation.
          Si ça sent mauvais c’est que ça a pourri, et donc que ça n’a pas fermenté pour une autre raison : contamination, manque de sel, trop froid au départ de la fermentation.

          • Bonsoir Marie-Claire,
            Moi j’ai plusieurs pots de citrons confits salés à la cave: je m’empresse demain d’essayer les muffins aux citrons confits. Je vous tiens au courant, promis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Share This