Le blog des aliments fermentés

Pain aux noisettes et canneberges

Voici un pain très gourmand. Moelleux, avec des saveurs fruitées et de  noisette grillée qui le rendent difficilement résistible. Les canneberges, que nos amis anglo-saxons appellent des cranberries, apportent leur belle teinte rouge vif et leur petite pointe  vive à la fois sucrée et acidulée. En tartines au petit déjeuner avec du beurre doux ou salé, il est exquis. Je l’ai testé aussi avec du fromage, sublime.

La mie ambrée a un arrière goût de pain d’épices, c’est dû à la mélasse, qui est un sirop épais et visqueux, sous-produit du raffinage du sucre de canne (ne pas confondre avec la mélasse de grenade merveilleuse dans les plats moyen orientaux. La mélasse est un produit « brut » qui contient des vitamines et des minéraux, contrairement au sucre lui-même qui n’en contient aucun. Elle a une saveur particulière, un peu caramélisée, un peu herbacée aussi. On la trouve en pots dans les magasins de produits bios. Si vous n’en trouvez pas, remplacez-la par du miel. Comme le miel, le pot de mélasse se conserve indéfiniment, même entamé.

Comme je suis sûre d’avoir aussi la question : oui , vous pouvez mettre autre chose que des canneberges si vous n’en trouvez pas ou si vous n’aimez pas ça, raisins secs, autres fruits séchés, etc., vous n’êtes pas obligés d’attendre mon autorisation.

J’ai fait ces pains en laissant pousser toute la nuit au frais dans des bannetons. Mais on peut aussi cuire en direct après une heure au chaud.

Pour deux très jolis pains, ou un seul gros

  • 160 g de levain dur (hydratation 50 à 60 %) au maximum de pousse
  • 400 g de farine T 65
  • 8 g de sel
  • 250 g de lait entier
  • 1 cuil. à soupe de mélasse
  • 2 cuil. à soupe d’huile de noisette
  • 60 g de noisettes décortiquées, grillées et grossièrement hachées
  • 120 g de canneberges séchées
  1. Mettez la farine en fontaine sur le plan de travail. Ajoutez le levain, le lait à peine tiède, la mélasse et l’huile de noisette. Mélangez, puis pétrissez  jusqu’à obtenir une pâte élastique et qui se détache de la cuve ou du plan de travail. Incorporez les noisettes et les canneberges à la fin du pétrissage. Laissez-la reposer, couverte d’un film étirable, pendant 3 heures dans un endroit tiède.
  2. Reprenez votre pâte et renversez-la sur le plan de travail légèrement fariné. Partagez-la en deux pâtons et façonnez-les en pains ovales. Mettez-les dans des bannetons, ou des corbeilles tapissées d’un linge bien fariné, couvrez d’un film pour éviter le dessèchement, laissez-les 30 min à température ambiante, puis  laissez-les lever toute la nuit au frais à 4-6°C : de 8 à 12 heures.
  3. Le matin, préchauffez le four au maximum. Placez la lèchefrite sur la sole du four et la grille juste au dessus. Renversez les pains sur une plaque de cuisson, en les espaçant. Incisez-les puis enfournez-les. Versez aussitôt 25 cl d’eau dans la lèchefrite et fermez vite la porte. Baissez le thermostat à 200°C. Laissez cuire 40 minutes environ. Pour un seul gros pain, la cuisson est d’une heure.
  4. Laissez-les refroidir sur une grille.

La mie de ce pain est serrée comme celle d’un pain de mie, et très moelleuse, c’est dû au lait et à l’huile de noisette.


 

Vous avez aimé cet article ?  Pour m’aider à en écrire d’autres, et pour que ce blog reste sans publicitéChaque euro est utile pour continuer le blog

Un grand merci !

 

close

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour être averti chaque fois qu'un nouvel article sera publié sur Ni cru ni cuit

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



15 commentaires sur “Pain aux noisettes et canneberges”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Pin It on Pinterest

Share This