Boissons fermentées naturelles, le livre est en librairie

Pensez vous qu’un soda ou une limonade soit une boisson de santé ? Trop industriel ? Trop de sucre ? Trop de colorants et d’arômes ? Et si vous les prépariez vous-même, avec l’aide de mon nouveau livre, pour en faire des boissons saines et délicieuses ?

 

Comme dans mon précédent livre, j’ai la chance d’avoir les belles photos de Guillaume Stutin qui mettent en valeur ces 50 recettes de boissons.

 

Préparez vos limonades avec des ingrédients naturels

Vous choisirez des fruits, des herbes des légumes, du miel ou du sucre bio, pour concocter des boissons sans aucun colorant ni conservateurs de synthèse. Et comme la fermentation consomme 80 % du sucre, faites vous plaisir sans culpabiliser !

Une pina colada aux saveurs ensoleillées

Ces boissons naturelles allient le plaisir et la santé : au cours de la fermentation, le sucre est en effet transformé en substances bénéfiques, comme des vitamines, des acides organiques et des enzymes. Ces boissons fermentées naturelles apportent aussi des précieux probiotiques qui renforcent notre système immunitaire et nourrissent notre flore intestinale.

 

Le livre contient 50 recettes et toutes les explications techniques pour les réussir.

 

Passoires fines, filtres à café, entonnoir et gaze font partie du matériel nécessaire.

Les  différents levains sont présentés ainsi que le matériel nécessaire, qui n’est ni onéreux ni compliqué à se procurer.  Les précautions à prendre sont détaillés. Un tableau de problèmes et solutions figure à la fin.

 

Lemon-lime limonade, imaginez-vous sur une chaise-longue, au bord de la piscine

 

Vous y découvriez d’incroyables boissons traditionnelles ou exotiques

Vous connaissez sans doute l’hydromel, peut-être aussi le vin de groseille et la frênette.  Apprenez également à faire le vin de fleurs de bourrache, le kvas  russe à base de pain de seigle, la boza bulgare au millet, le kanji de betteraves du Népal, le tonic indien au curcuma et le tepache  mexicain à l’ananas.

 

Cocktail de jus de légumes, et ce n’est pas une punition !

 

Mais ce n’est pas tout

Je vous explique  comment varier et aromatiser le kéfir de fruits, le kombucha, la ginger ale, et comment faire des boissons fermentées à base de petit-lait.  Vous pourrez ainsi concocter de fabuleux cocktails sans alcool, mojito, pina colada, shirley temple… avec ce je-ne-sais-quoi de plus que donne le goût du fermenté.  Il y a même une recette bluffante pour réaliser chez soi un indian tonic dont le goût subtilement épicé est absolument fabuleux, la réplique du célèbre soda amer aux agrumes et quinquina.

 

La boza, attention : bombe atomique… Gustative !

 

Je sens que l’été va pétiller !

Boissons fermentées naturelles, sodas, limonades, kéfirs et kombuchas,
Marie-Claire Frédéric et Guillaume Stutin, Alternatives-Gallimard 2017, 13,50 €



8 commentaires sur “Boissons fermentées naturelles, le livre est en librairie”

  • Le petit dernier a rejoint ses aînés parmi mes livres, hier. J’ai hâte de le parcourir. Que de changements dans ma cuisine depuis 10 mois que je vous lis! Mille fois merci. J’ajoute quelques remarques de mes expériences.
    Les tomates suries deviennent un peu trop acides. Dans l’assiette, il suffit de rajouter un peu de bicarbonate alimentaire pour rectifier cela. Et miamm
    Le levain n’apprécie pas du tout d’être transvasé. Je pensais bien faire en mettant le mien dans un pot bien propre. Résultat, il a boudé. Et comme on s’habitue vite aux bonnes choses… Bon, il s’est repris après quelques rafraichissements, et j’ai retenu la leçon.
    Pour la viande, je mets 200g de sel/litre d’eau au lieu des 250 dans la recette du livre. Je me dis que si 200 grammes de sel suffisent pour le poisson, la viande pourrait s’en satisfaire aussi. Et jusqu’ici tout va bien.
    Au début, je suivais scrupuleusement les recettes. Puis, j’ai arrêté de mettre des épices et des aromates. Et c’est tout aussi bon.

    • A votre place je ne prendrais pas de risques inutiles en changeant la quantité de sel. Mais bon. C’est vous qui voyez.
      Pour le levain, le simple fait de le transvaser ne change rien, il a dû se passer autre chose. Moi, comme je le garde dans un tout petit bocal, à chaque fois que je fais du pain, je le transvase pour le rafraîchir, puis je le retransvase dans son bocal. Ça ne change rien à sa vigueur.

  • Bienvenue au nouveau-né et félicitations aux heureux parents !
    Et merci à la bonne fée Pétillance de s’être penchée sur son berceau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Share This